«  Etre parent aujourd’hui, de la famille aux familles »

Les nouveaux modes d’organisation des familles sont nés de la contestation du modèle familial asymétrique fondé sur l’autorité paternelle. La nécessité d’épanouissement personnel au sein de la relation conjugale a également joué un rôle important. La place des femmes a évolué et de nouvelles techniques médicales ont modifié l’accès à la procréation. Face à ces évolutions sociales, « nous assistons aujourd’hui à une importante différenciation des rôles et des places, des fonctions, des statuts, au point que la notion de la famille fait place à la notion des familles. »

Parentalité partielle

 Depuis 1970 l’autorité paternelle s’est transformée en autorité parentale dans une logique d’égalité sociale entre le père et la mère. Puis la contraception et la procréation médicalement assistée ou PMA ont apporté une rupture entre sexualité, procréation et filiation. Enfin l’augmentation des divorces a également participé à la création de nouveaux modèles familiaux comme la coparentalité.

La parentalité est formée de 3 composantes :

  • La composante biologique qui permet de concevoir l’enfant
  • La composante domestique qui permet d’en prendre soin et de l’élever
  • La composante généalogique qui le situe dans une lignée.

Elles sont combinées dans les familles traditionnelles et se retrouvent dissociées dans les familles d’aujourd’hui comme les familles adoptives, familles d’accueil,  familles recomposées, monoparentales et homoparentales. On parle alors de parentalité partielle.

Mais quel que soit le modèle familial, l’amour est à la base du projet parental, en effet la parentalité commence avec le désir d’enfant. D’un point de vue psychique l’enfant est autant conçu par les paroles et les désirs partagés des parents que dans un acte sexuel.

Fonctions parentales

L’apparition de ces nouveaux modèles familiaux modifie les places et fonctions de chacun. On pourrait aujourd’hui distinguer deux fonctions parentales et cela quelque soit le sexe du parent :

  • La fonction père-mère qui assure l’autorité par la parole, elle apporte frustrations, limitations et sanctions nécessaires à la construction de l’individu.
  • La fonction papa-maman qui marque un intérêt particulier à l’enfant et lui apporte gratifications, encouragements, bienveillance, également nécessaires à son épanouissement.

La parentalité est une construction qui se fait dans un contexte social et qui évolue au cours du temps.

En tant que conseillère conjugale et familiale, je me place, au niveau de l’accompagnement des parents, dans la valorisation des compétences parentales. En aidant le parent à repérer ce qu’il peut apporter de bénéfique à son enfant, on lui permet de maintenir son autonomie de parents et ainsi préserver son estime de soi indispensable à la construction de la parentalité.

Michelle Crinquand -article pour le service Eclaircies-

«  revue dialogue, familles et couples – la parentalité ? contours, détours et redéfinitions – 1er trim 2015 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *